CG_043_7717.jpg

Sécurité : pacemaker et radio-éléments

Pour des raisons de sécurité lors de la crémation (risque d’explosion), la famille doit signaler au médecin qui constate le décès, qu’elle désire une crémation. Le médecin devra alors préciser sur le certificat de décès que le défunt n’est pas porteur d’une prothèse cardiaque (pacemaker) ou renfermant des radio-éléments. En l’absence de ce document, la crémation ne pourra pas avoir lieu.

L’introduction dans l’appareil de crémation

Cette opération est réalisée exclusivement par le personnel du crématorium. Au moment de la mise en bière, un policier va venir apposer un scellé sur le cercueil au moyen d’un cachet de cire. Après cela, il sera impossible de le rouvrir. C’est ce cercueil qui, toujours fermé, sera introduit dans l’appareil de crémation. Pour des raisons techniques, l’introduction se fait relativement rapidement moins de 20 secondes). La crémation démarre dans les minutes qui suivent.

Temps de crémation et remise de l’urne

La durée d’une crémation est d’environ 90 minutes pour une personne "moyenne". Le délai de remise des cendres minimum est donc de 2 heures pour tenir compte du refroidissement et de la pulvérisation. Le temps de crémation peut être bien plus long en fonction de la corpulence du défunt. Dans ce cas, le délai de remise des cendres s’en trouve augmenté.

Appareil de crémation

L’appareil de crémation est constitué d’une structure métallique entourant une masse de briques réfractaires de plusieurs tonnes. C’est la chaleur accumulée dans la brique réfractaire qui provoque la crémation par auto combustion pendant la première heure sans qu’il soit nécessaire de faire fonctionner les brûleurs. Les installations du crématorium sont régies par les articles D2223.99 à D2223.109 du CGCT (Code général des collectivités territoriales).

Que sont les cendres de crémation ?

Ce que l’on nomme “les cendres” est en réalité la partie calcaire des os qui subsiste après la crémation. Dans la pratique, la crémation se déroule à une température de 850°. Le bois du cercueil, les vêtements, les chairs, tout est transformé en gaz ou en poussières qui s’envolent dans les fumées. Ceci explique que, pour les enfants de moins d’un an dont les os sont encore peu calcifiés, il ne subsiste pratiquement aucun reste à la suite d’une crémation complète. Pour les adultes, ce que l’on retrouve dans l’appareil est constitué des restes calcinés des os qui se présentent sous forme de fragments plus ou moins importants mais reconnaissables : on peut ainsi bien distinguer les différents types d’os. Ce sont ces ossements qui étaient disposés dans des urnes cinéraires dans la tradition grecque ou latine et même à l’époque moderne au début du XXe siècle.

Pulvérisation des cendres

La réglementation française prévoit, depuis 1976, la pulvérisation de ces os pour en faire une poudre.

La récupération des métaux et restes ultimes

De plus en plus de personnes crématisées sont porteuses de vis, clous, plaquettes, prothèses (hanches, genoux), etc. Ces éléments sont constitués de métaux rares ou précieux (titane, par exemple), qui étaient, auparavant enterrés dans les cimetières ce qui était un gâchis outre la pollution que cela occasionnait.

Depuis 2010, le crématorium des Ulis fait appel à une société spécialisée qui recycle ces métaux et verse, en retour, une redevance. Cette somme est intégralement reversée à deux associations pour leurs œuvres Là encore, cette demande s’inscrit dans un cadre éthique et responsable sur le plan de l’environnement.